09/08/2018

Un quart de la population mondiale souffrira d’obésité en 2045 : quels sont les pays les plus exposés à ce risque ?

Alors que le taux de personnes souffrant d’obésité a augmenté voire triplé depuis les années 70, plusieurs études prédissent à ce sujet que si la situation ne change pas, un quart de la population mondiale sera touché par cette maladie d’ici environ 25 ans.

Il devient alors important de prendre en considération ce phénomène en adoptant les mesures adéquates afin de lutter contre l’obésité.

obésité.jpg

Le coût pour les systèmes de santé sera énorme

Plusieurs scientifiques ont également constaté que le taux de personnes atteintes de pathologies liées à l’obésité va lui aussi augmenter d’ici 25 ans comme le cas du diabète de type 2.

Il est à noter que 80 % des personnes diabétiques de type 2 souffrent d’obésité, et donc le coût pour les systèmes de santé sera énorme.

Les causes et les éventuels risques de l’obésité

Pour calculer l’obésité, les médecins utilisent une mesure simple et efficace qui est l’Indice de Masse Corporelle, ses résultats sont sûrs si la personne concernée n’est pas trop musclée ou enceinte.

L’obésité est généralement liée à la surconsommation d’aliments gras ou sucrés et à l’absence d’activités physiques, elle peut également être due à la présence de problèmes psychologiques comme la dépression, l’anxiété…ou à des facteurs génétiques.

La consommation excessive d’alcool ou les troubles du sommeil peuvent aussi être responsables de ce fléau.

Il est à noter que l’obésité expose les patients à plusieurs maladies dont les complications cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, le cancer… d’autant plus que le patient pourra souffrir d’arthrose du fait que les articulations portant le poids de tout le corps peuvent s’user avec le temps.

Les souffrances psychologiques dues à l’obésité

L’obésité ne cause pas seulement des dégâts physiques, mais aussi des souffrances psychologiques comme le fait de se sentir rejeté et exclu, elle conduit alors souvent le patient à la dépression.

12:42 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)

27/04/2018

Pourquoi les bébés africains pleurent moins ?

Un constat qui arrive souvent, « les bébés africains ne pleurent pas » ou du moins pleurent moins que les autres bébés. Est-ce vrai ? Est-ce justifié ? peut-on en déterminer les vraies raisons du calme des bébés africains. Les sociologues diraient que c’est dû à la présence des mères, d’autres à la façon dont ils sont emmitouflés et coucounés et d’autres attribuent cela à l’allaitement par le sein.

enfant-maman.jpg

L’allaitement à volonté

A voir les mamans africaines, c’est à croire qu’elles ne font que donner le sein au bébé. On dirait que leur vocation principale est de nourrir le bébé au sein à tout instant. Les codes et recommandations de tétés à telle heure est incompréhensible pour elles. Même si elles devaient se lever toutes les heures ou les deux heures, elles le font. Elles sont certes fatiguées, mais n’échangeraient pour rien ce moment de partage et de fusion de leurs âmes.
En effet, cette période est sacrée et nécessite un dévouement total, une abnégation de sa personne et de son corps pour assurer le bienêtre du bébé. On n’entend jamais des appréhensions sur le relâchement de leurs seins. Elles ne s’en inquiètent pas ou très peu. Ce n’est pas comme certaines mamans occidentales qui refusent de donner le sein de peur de les voir affaissés. Mais à voir la quiétude des bébés nourris au sein on a envie de le crier haut et fort, profitez de ces moments de partage et ne craignez pas sur la forme des seins, il y’a toujours possibilité de faire une chirurgie esthétique comme le lipofilling ou le lifting seins.

La façon dont les bébés sont portés par leur mères

Un sentiment de sécurité qui plane. En effet, en regardant la façon avec laquelle les mamans africaines portent leurs bébés on comprend tout de suite qu’ils soient si apaisés que ça. Les mamans enveloppent leurs nouveaux nés si bien qu’ils se sentent en symbiose avec eux. Une sorte de cocon qui recrée une réplique du ventre et tient le bébé tout proche pour qu’il puisse sentir les battements du cœur de sa maman.

Ces bébés n'ont donc pas de raisons de pleurer, ils sont bien au chaud dans les bras de leurs mamans, bien nourris au sein et donc apaisés. 

11:47 Publié dans Blog, santé | Lien permanent | Commentaires (0)

08/11/2017

La chirurgie de contournement du corps après la perte de poids

Perdre une quantité significative de poids est une incroyable réussite, mais souvent les résultats de ce dur travail sont cachés sous des plis de peau excessive qui a perdu son élasticité.

La chirurgie de perte de poids peut changer la vie pour les personnes qui ont lutté contre le surpoids, et les résultats peuvent être impressionnants.

Certains patients suivent leur parcours de perte de poids avec la chirurgie de contournement de corps pour enlever l’excédent de peau et pour reconstituer leur forme.

«La chirurgie du contour du corps peut être adaptée aux problèmes spécifiques d'une personne», explique le Dr Gary Avery, chirurgien plasticien spécialiste, directeur du département de la chirurgie plastique.

Une abdominoplastie consiste chirurgicalement à  enlever l'excès de graisse et de la peau de l'abdomen, avec resserrement des muscles abdominaux.

Les cicatrices d'une abdominoplastie peuvent varier selon que le nombril est déplacé ou non et que votre peau résiste aux cicatrices.

Généralement, la cicatrice doit être cachée en portant des sous-vêtements ou un maillot de bain, et s'estompera avec le temps", a déclaré le Dr Avery.

Beaucoup de gens choisissent de combiner une abdominoplastie avec des procédures telles que la réduction mammaire, l'augmentation mammaire, ou un lifting des seins pour répondre pleinement à leurs préoccupations.

"Un lifting du bas du corps consiste à enlever l'excès de graisse et la peau de la région abdominale et le bas du dos, ce qui peut bénéficier les personnes qui ont connu des fluctuations de poids plus importantes", a déclaré le Dr Avery.

L'excès de peau peut également être retiré des bras (bras de levage) et de l'intérieur des cuisses.

La durée du rétablissement dépendra des procédures à suivre, mais la plupart des patients retrouvent leur forme physique avant la chirurgie six à huit semaines après la chirurgie.

"Un séjour à l'hôpital jusqu'à quatre nuits, et de deux à quatre semaines de congé peut être recommandé", a déclaré le Dr Avery qui effectue toutes les opérations de remodelage du corps à l'hôpital privé Lingard à Merewether.

«Toutes nos procédures se déroulent dans un hôpital accrédité, avec du personnel de soutien formé adéquatement.

Dr Avery recommande d'attendre au moins six mois après avoir atteint votre poids idéal afin de stabiliser avant de subir une autre intervention chirurgicale.

"La chirurgie est un gros investissement en vous-même si vous voulez vraiment que les résultats durent", a-t-il dit.

 

16:41 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)