09/08/2018

Un quart de la population mondiale souffrira d’obésité en 2045 : quels sont les pays les plus exposés à ce risque ?

Alors que le taux de personnes souffrant d’obésité a augmenté voire triplé depuis les années 70, plusieurs études prédissent à ce sujet que si la situation ne change pas, un quart de la population mondiale sera touché par cette maladie d’ici environ 25 ans.

Il devient alors important de prendre en considération ce phénomène en adoptant les mesures adéquates afin de lutter contre l’obésité.

obésité.jpg

Le coût pour les systèmes de santé sera énorme

Plusieurs scientifiques ont également constaté que le taux de personnes atteintes de pathologies liées à l’obésité va lui aussi augmenter d’ici 25 ans comme le cas du diabète de type 2.

Il est à noter que 80 % des personnes diabétiques de type 2 souffrent d’obésité, et donc le coût pour les systèmes de santé sera énorme.

Les causes et les éventuels risques de l’obésité

Pour calculer l’obésité, les médecins utilisent une mesure simple et efficace qui est l’Indice de Masse Corporelle, ses résultats sont sûrs si la personne concernée n’est pas trop musclée ou enceinte.

L’obésité est généralement liée à la surconsommation d’aliments gras ou sucrés et à l’absence d’activités physiques, elle peut également être due à la présence de problèmes psychologiques comme la dépression, l’anxiété…ou à des facteurs génétiques.

La consommation excessive d’alcool ou les troubles du sommeil peuvent aussi être responsables de ce fléau.

Il est à noter que l’obésité expose les patients à plusieurs maladies dont les complications cardiovasculaires, l’hypertension artérielle, le cancer… d’autant plus que le patient pourra souffrir d’arthrose du fait que les articulations portant le poids de tout le corps peuvent s’user avec le temps.

Les souffrances psychologiques dues à l’obésité

L’obésité ne cause pas seulement des dégâts physiques, mais aussi des souffrances psychologiques comme le fait de se sentir rejeté et exclu, elle conduit alors souvent le patient à la dépression.

12:42 Publié dans santé | Lien permanent | Commentaires (0)