16/10/2017

Les lunettes connectées ItchyNose pour manipuler son Smartphone avec le … nez !

C’est en forgeant que l’on devient un forgeron et les asiatiques ont toujours repris à leurs comptes ce vieil adage symbole de persévérance et de pugnacité. 


S’il fallait mettre en évidence le nombre d’inventions inutiles que le Japon ou Corée du Sud ont développé depuis des décennies on aurait d’énormes difficultés à croire que ces pays ont vu naitre des inventions et des innovations devenues indispensables dans notre quotidien. Les japonais ont même poussé à l’extrême leur incroyable imagination et leur folie créative en créant le Chindogu. Cet art à part entière consiste à inventer des objets « utiles mais inutilisables » pour dénoncer le consumérisme et l’utilitarisme omniprésents en Asie.

snapchat-spectacles-lunettes-connectees.jpg

Le nouveau venu de ces prototypes absurdes est une paire de lunettes intelligentes permettant de maitriser et manier son smartphone en se triturant le nez.

l’Université KAIST en Corée du Sud affirme que l’utilité d’un tel dispositif est indispensable si on veut rester courtois et ne pas manipuler son téléphone en présence d’une tierce personne. Les lunettes connectées ItchyNose, Ce dispositif « révolutionnaire » permet donc à son utilisateur de pouvoir accepter ou rejeter les appels mais aussi de pouvoir activer un lecteur de musique simplement en manipulant le bout de son appendice nasal. 

Muni d’un module Bluetooth et de capteurs électro-oculographique, ces lunettes insolites vous permettront d’utiliser votre téléphone sans avoir à le sortir de sa poche.

Si la manipulation d’un smartphone rangé dans votre poche peut être intéressante, ludique voir même pratique, on doute de l’aspect courtois lorsque l’on doit toucher le nez pour répondre au téléphone. Les inventeurs de cette énième création loufoque ne nous indiquent pas la démarche à  suivre en cas de chirurgie esthétique ou correctrice du nez : faut-il attendre d’ôter les bandages pour manipuler son nez ?

Gageons que cette énième folie de nos amis asiatiques finira au panthéon des inventions farfelues même si cette fois- ci nos amis coréens ont pu compter sur la collaboration de deux universités prestigieuses : l’Université Georgia Tech aux États-Unis et celle de St Andrews en Écosse.

Les commentaires sont fermés.